Causes d’une cystite

Une cystite ?

Les cystites, aussi appelées infections urinaires, sont très fréquentes.

Dans la plupart des cas, la cause d’une cystite réside dans une colonisation accrue de la vessie par des bactéries. Ces bactéries proviennent généralement de l’intestin.

Bien souvent, il s’agit d’Escherichia coli. Les bactéries se trouvent un chemin depuis l’anus jusqu’au méat urinaire, le point de sortie de l’urètre, qu’elles remontent pour parvenir finalement dans la vessie. A cet endroit, elles s’accrochent à la muqueuse, se multiplient et engendrent ainsi une cystite.

Qui est concerné ?

La cystite peut toucher aussi bien les femmes et les hommes que les enfants.

Pourquoi les femmes sont plus souvent touchées par les cystites que les hommes? A cela, il y a deux raisons importantes. D’une part, chez la femme, la sortie de l’intestin est beaucoup plus proche de la sortie de l’urètre que chez l’homme. D’autre part, son urètre est également beaucoup plus court que celui de l’homme. En raison de ces caractéristiques anatomiques, les bactéries (généralement des E. coli) peuvent parvenir bien plus facilement jusqu’à la vessie. En conséquence, être de sexe féminin est le plus grand «facteur de risque» pour le développement d’une cystite.

Cependant, toutes les femmes ne sont pas exposées au même risque de cystite. Il semble que le microbiome naturel (l’ensemble des bactéries) de la vessie et du vagin joue un rôle important. Certaines communautés de bactéries vivant dans la vessie et le vagin peuvent éventuellement offrir une protection plus ou moins efficace contre les infections.

Voici quelques facteurs de risque qui peuvent favoriser le développement d’une cystite :

Un traitement par des antibiotiques (jusqu’à 4 semaines auparavant)

Une cystite passée

Des relations sexuelles fréquentes (les «cystites de la lune de miel»)

L’utilisation d’un diaphragme ou de gels spermicides pour la contraception

La grossesse et le post-partum

Une «mauvaise direction» de l’essuyage après la défécation (de l’arrière vers l’avant)

La sécheresse vaginale après la ménopause

Quels symptômes sont fréquents lors d’une cystite?

Dans certains cas, les symptômes d’une cystite typique peuvent être assez discrets mais souvent, ils sont très désagréables et douloureux. Dans la plupart des cas, une cystite est une infection simple des voies urinaires inférieures (vessie et urètre).

Les symptômes typiques d’une cystite sont les suivants:

Une envie fréquente d’uriner, mais pour de petites quantités

Des sensations de brûlures lors de la miction

Des douleurs dans le bas du ventre

En outre, l’urine peut être légèrement trouble et développer une odeur désagréable. Ce type d’infection se limite généralement à la vessie.

Quand faut-il consulter un médecin?

Généralement, il faut toujours tenir compte de ses sensations et consulter un médecin lorsque l’on se sent mal.

Mais quand est-il vraiment recommandé de consulter un médecin ?

Les infections urinaires sont réparties en deux catégories: les cystites simples, c’est-à-dire les classiques qui ne touchent que la vessie, et les infections compliquées des voies urinaires supérieures.

Dans la plupart des cas de cystite, il s’agit de ce que l’on appelle une infection simple qui se limite à la partie inférieure des voies urinaires et donc à la vessie. Les femmes sexuellement actives ou en pleine ménopause en souffrent particulièrement fréquemment.

Bien souvent, il suffit dans ce cas de prendre un médicament à base de plantes comme traitement aigu: un extrait de feuilles de busserole qui se trouve en pharmacie ou en droguerie. De même, les tisanes pour la vessie et les reins sont parfaites comme traitement d’appoint, pour faciliter l’évacuation des bactéries de la vessie. Il n’est souvent pas nécessaire de prendre des antibiotiques lors d’une cystite simple.

Quand est-ce que l’on parle d’une infection urinaire compliquée?

Pour toutes les infections urinaires des hommes et des enfants.

En cas de fièvre, de douleurs au flanc.

En présence d’obstacles dans les voies urinaires qui perturbent l’écoulement de l’urine, par exemple une hypertrophie de la prostate, une sténose de l’urètre, des calculs ainsi que des tumeurs bénignes ou malignes (p. ex. cancer de la vessie). L’urine résiduelle qui stagne dans la vessie ou celle qui remonte jusque dans le bassinet des reins facilite la croissance des bactéries.

En cas de maladies neurologiques perturbant l’écoulement normal de l’urine, par exemple les paraplégies, la sclérose en plaques et la démence. De l’urine résiduelle est présente.

En présence de maladies sous-jacentes telles que le diabète ou une insuffisance rénale. Le sucre évacué avec les urines en cas de diabète non contrôlé ou insuffisamment contrôlé fournit un substrat idéal pour l’alimentation des bactéries.

En présence de sondes permanentes ou d’autres corps étrangers dans les voies urinaires. Elles sont souvent colonisées par des bactéries en quelques jours. Le biofilm qui se développe protège les bactéries face au système immunitaire humain et aux antibiotiques.

En cas de malformation congénitale ou acquise des voies urinaires qui entraîne par exemple un reflux vésico-urétéral. De l’urine résiduelle est souvent présente.

En cas de maladies ou de prise de médicaments qui affaiblissent la défense immunitaire de l’organisme.

Après des interventions chirurgicales sur les voies urinaires.

Dans des cas rares, une infection des voies urinaires inférieures peut s’étendre dans les voies supérieures. On parle alors d’une pyélonéphrite car la vessie n’est plus la seule touchée, mais les reins aussi. Elle s’accompagne généralement de fièvre et de douleurs au flanc. Si c’est le cas, il faut alors agir rapidement et il est donc absolument recommandé et indispensable de se rendre chez le médecin.

 

Le produit prescrit par le médecin dépend du type d’infection. Les substances souvent prescrites en cas d’infections compliquées sont par exemple la fosfomycine et la nitrofurantoïne (antibiotiques).

Comment puis-je reconnaître les symptômes d’une infection compliquée des voies urinaires (pyélonéphrite) ?

Fièvre

Nausées, vomissements

Douleurs sur les flancs

Sang dans les urines

Une inflammation de la vessie? Vous n’êtes certainement pas un cas isolé!

Chaque année, près de 300 millions de personnes sont touchées par une infection urinaire. Pour des raisons anatomiques, les femmes souffrent plus fréquemment d’une cystite car l’urètre féminin est plus court et plus proche de l’anus. Les cystites sont le plus souvent d’origine bactérienne. Leurs symptômes sont une envie fréquente d‘uriner, des sensations de brûlure lors de la miction et des douleurs dans le bas du ventre.  

Qu’est-ce qui peut être utile?

Cystinol® offre une option de traitement sans antibiotiques à base de plantes: l’arbutine, le principe actif qu’il contient, a un effet antibactérien et anti-inflammatoire.

Cystinol, lors des premiers signes de cystite.